LE ZEN et les BOUDDHAS

LE ZEN


La Sérénité.......Influence de zazen sur notre vie

 
  " Dans notre monde perturbé, pratiquer zazen signifie revenir à la véritable dimension de l'être humain et retrouver l'équilibre fondamental de notre existence "
                                               
                                                    Taisen DESHIMARU ( 1914 - 1982 )


     Zazen influence l'être entier, corps et esprit. Par la pratique régulière, la compréhension de notre vie s'approfondit. Cette compréhension se reflète ensuite dans toutes nos actions quotidiennes. Nous sommes en harmonie. Notre mental est pacifié, sans complications, sans calcul, sans peur.

   L'égoïsme diminue et nous suivons plus naturellement le flux de la vie cosmique.

   Ainsi, notre relation aux autres devient plus facile, plus transparente. La compassion se manifeste, la sagesse apparait. Nous pouvons aller alors à l'essentiel de la vie. C'est le bonheur véritable, l'authentique liberté !!!


                                          ( texte d'après zen azi.org )




23/02/2011
2 Poster un commentaire

- Poème de Jean-Pierre MARADAN ,c'est un poème très ZEN 03/2009

Cela va peut-être sembler, un peu décousu ! mes sujets sur le Bouddhisme, sa croyance, le ZEN ; mais comme je l'indiquais dans mon premier édito, je baigne dans une ambiance de bien-être en lisant aussi des poèmes qui ont rapport avec cet état d'esprit.

Aujourd'hui, cela sera un poème, de Jean Pierre Maradan intitulé : LE SOURIRE - Une chanson du Village :

 

Je souris à l'étoile qui au ciel encore luit,

Au soleil qui lentement nous sort de la nuit,

A ce jour qui commence, à l'oiseau qui m'enchante,

Je souris au monde et le monde me sourit.

 

Je souris à l'enfant qui viens sur mon chemin;

Je pense aussi à tous ceux qui ont faim,

Ceux qui sont loin dans le monde vivent dans la misère,

Qui ont connu la guerre, qui ont perdu leur mère.

 

Si parfois mon sourire se mouille de pleurs,

En voyant de ce monde la profonde douleur,

Je veux sourire encore à travers mes pleurs,

Sourire à la vie, sourire à la mort.

 

Et quand le jour viendra où il fera très froid,

Où je ne laisserai plus la trace de mes pas,

Par le courant de la vie qui jamais ne s'arrête,

Me laisserai-je entraîner sans regarder derrière.

 

La peur alors ne fermera plus le chemin,

Mon coeur - tout grand - s'ouvrira enfin,

Je deviendrai alors le sourire de la terre,

De la fleur de l'oiseau de la pluie et du vent.

 

Et un jour peut-être, dans un petit enfant,

Je rouvrirai les yeux aux merveilles de la vie,

Et un peu plus aimant, un peu plus souriant,

Je continuerai ce beau chemin.

                                                  Jean Pierre Maradan

Il faut bien lire entre ces lignes, l'espoir que donne cette chanson,nous avons beau partir un jour, mais peut-être, est-ce pour revenir un autre jour.....Nous le verrons si nous croyons . DIEU est présent,quoique disent certains, mais pratiquons la tolérence, la sérénité et l'espoir.

 


Découvrez Lalo Schifrin!

27/01/2009
1 Poster un commentaire

Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser